2009/10/26

Dudek jaroj kun Samir


Post morgaŭ, mi estos 48jara. Unuafoje de 20 jaroj, Samir ne ĉeestos. Antaŭ la konstato pri timiga maljuniĝo, li dirus kiel ĉiujare : vi estas bela, panjo. Mildas scii que oni belas en la rigardo de siaj infanoj.


Mi kredis ke datrevenoj estos nur la rememorigo de pasanta tempo. De nun ili ankaŭ rememorigos ke ni pasas, ke kelkaj definitive restas malantaŭ ni. La rivero forportas nin, sed Samir staras sur la bordo, pli kaj pli for malantaŭ ni, kaj niaj etenditaj manoj ne povos rekapti lin. Kaj ni forflosas senrimede.

Jam plurfoje mi devis adiaŭi, kiel multaj el ni. Ĉifoje, temas pri adiaŭo al promesplena homo, naskita el mia ventro, frukto de mia amo kaj miaj zorgoj. Funebri, signifas konscii, fronti la definitiva ŝanĝo pro tiu forŝiro, trovi sian lokon kun sia nova konturo en tiu nova realo. Esti patrino de sia idaro kun mankanta infano. De la komenco de aprilo mi senfine nombras miajn infanojn, ĉiam mankas unu.

Ni ĉiuj iel mortas ĉiufoje kiam ni iun perdas, ĉar ni subite jam signifas nenion plu por li. Poste la veto konsistas el akcepto ke sen fotoj, ni forgesos la vizaĝon, la rigardon, la sintenojn kaj la gestojn. Por ankoraŭ kelka tempo gracioplena ombro ŝvebas en la hejmo, aperas tra la pordo, skuas longajn harojn, klinas la kapon, ridetas kun iom da tenera ironio. Kaj foje adiaŭas per mangesto. De tiu aprila vespero li havas cent vizaĝojn, en la memoroj de tiuj, kiuj alvokas lin. Ĝis restos nur nomo sur eta tomboŝildo el nigra marmoro.

Ni vetu ke foresto ne senposedigos nin, sed male, ke ĝi sisteme nin kompletigos, pro sistema kaj ĉiutaga klopodo. Tiu akceptita, digestita morto fariĝu signo de lia ĉeesto, donaco kiun li sendis. Ni konsideru tiun vivon kiel plene plenumitan malgraŭ abortitaj projektoj kaj trompitaj esperoj. Ne bedaŭri ke ni foriru ĉivespere se devas okazi tiel, por ne distanciĝi de la realo, ne malfrui. Konsenti do fari el tiu konsento, agnosko ke tiu ŝtelita vivo estis en si mem donaco al kiu ni kapablas omaĝi.

Jen la lasta ampruvo kiun ni povas alporti al la nura homo, kiu ĝin ne povas ricevi : diri al li, ke eĉ nur pro la plenumiteco de lia vivo, ĉiu minuto kune pasigita iĝis trezora. Neniu kroma minuto povus aldoni perfektecon. Indas adiaŭi, kaj foriri senrevene por levi tiun doloron el la brusto. Necesas ami ankaŭ vivantojn, por nenion bedaŭri se iam ili antaŭiras nin en la morton. Fakte, por kapabli plene ami vivantojn, necesas unue akcepti niajn etecon kaj mortontecon, alidirite gardi nin for de mensogo.

.

8 Komentoj:

Blogger Manuel diris ...

Kun miaj plej varmaj brakumoj mi kondolencas vin.

Vi nur kapablas iomete kapti vian dolorsenton, konsternon kaj solec-senton. Estas terura tia perdo, kiun mi deziras eĉ ne al malamikoj.

Viaj vortoj en tiu ĉi amoplena mesaĝo montras ke vi deziras plu festi la vivon. Do, antaŭen!

26/10/09 4:25 PM  
Anonymous becxjo diris ...

Waw! Tre korsxira kaj amoplena skribajxo. Bela! Dio benu vin kaj animon de via dorlota forpasinto.

26/10/09 4:53 PM  
Blogger Mari-elen diris ...

Dankon, amikoj.
Samir mortis pro akcidento komence de aprilo. Ni restis senvortaj antaŭ la vidaĵo : nerekoneble, li plu vivis meĥanike, kun ĉiuj kapostoj entute disrompitaj. Konsolas min, ke li verŝajne ne havis tempon suferi eĉ pro timo. Post kelkaj horoj li mortis senkonscie, tial mi dankemas.
Feliĉe, nia familio estas amoplena, tio tre helpas. Valoras la penon, ami la vivon.
Ĉiuokaze estas tre konsole ricevi viajn vortojn. Koran dankon al vi, Manuel kaj Beĉjo.

27/10/09 11:10 PM  
Blogger frasimo diris ...

Gratuli al vi mi intencis che la datreveno de via naskighotago, kaj deziri al vi pliajn jarcentoduonojn (multaj ne eblos, sed ja unu au du).

Tiucele vizitinte vian paghon che "Skype", mi venis al chi tiu pagho via. Per tio mi jhus eksciis, ke la nuna jaro estas por vi jaro signita de morto.

Tamen mi deziras al vi unu au du jarcentoduonojn da plua vivado, da plua kunvivado kun viaj ceteraj plejamatoj kaj plua servado al multaj aliaj, por kies bono vi laboras.

Kvankam vian forpasintan filon mi neniam renkontis, kaj pri li sciis nur tion malmultan, kion iam en Poitiers vi diris al mi, mi povas profunde partopreni en via funebro, char vi estas por mi homo kara, kaj char ankau min trafis funebroj (pro forpaso ne de filo, sed de gepatroj kaj de aliaj amatoj, inter kiuj kelkaj estis tre junaj).

Mi scias, ke forpaso de mortanto ne estas plena forpaso, sed transiro iel simila al naskigho, char mi kredas, ke Jesuo relevighante venkis la morton. Mi preghas, ke ankau vi ekhavu esperon kaj neforigeblan ghojon.

28/10/09 10:53 PM  
Blogger Mari-elen diris ...

Jen por klarigi en kiu mensostato ni estis, kaj nun estas verdire, kvankam estas malfacile ĉiutage. Mi pardonpetas ke mi ne tradukos.
Koran dankon al Francisko kaj ĉiuj geamikoj kiuj transdonis al ni multe da kuraĝo.

Texte dit à la cérémonie d'enterrement de Samir, le 8 avril 2009

Au nom de Thierry, qui a accompagné Samir pendant huit ans, de Yacine, Claire, et moi sa mère,
A vous, nos amis, notre famille, merci d'être avec nous. Vous ne pouvez pas savoir combien il est doux d'être en si bonne compagnie.

Nous avons regardé les photos, pour retrouver Samir, un peu. Il y a vingt ans, à quelques jours près, un tout petit garçon de deux mois et demi prenait un bain, le premier avec sa maman, dans la baignoire de Mamie Nicole. Le premier bain ensemble. La sieste dans les bras de son papa. Dans le désordre, il y a d'autres photos ensuite, dans la piscine gonflable sur la terrasse de Mamie, avec Yacine, puis avec Claire. Sur la plage avec Yacine et Elie. Puis des photos au Maroc avec leurs grands-parents Abdeltatti et Fatima, avec leurs oncles et tantes Jamila, Saïd, Mohamed, Nadia, Iqbal, Mustapha. Des photos prises au collège avec des garçons qui étaient déjà ses amis : Matthias, Guillaume, Marc, Alexandre ...
Le feu de la Saint Jean à la maison, avec aussi Antony, Mickaël, Pierre, Guillaume, Marc, Jérémie ...
Plus récemment, d'autres noms encore, et puis Jo et Anne, Rémi, Camille, Rachid, Tony, Elise, Romy, parmi ceux que nous avons connus de plus ou moins près. Impossible de les citer tous.

Et puis la musique. De la musique, encore et toujours, de tous les styles. Tout ce qui passait à sa portée était bon à prendre, c'est quelque chose que nous avons beaucoup, abondamment partagé, et pour cela nous voulons dire merci. Aujourd'hui ce que vous entendrez c'est de la musique qu'il a aimée, jouée par nos amis, et aussi sa musique, jouée par lui.

Doué, Samir comptait sur la chance. Pleins d'appréhensions, nous ne cessions de lui répéter que tout n'est pas donné sans efforts. On l'énervait beaucoup, et il ne se privait pas de nous le dire. Il venait de passer un concours pour devenir éducateur, et il était sûr d'avoir réussi. Le résultat officiel vient de paraître. Cet élégant fumiste peut être fier, quelle belle revanche ! Tu nous as bien eus, Samir.

Un jour nous lui avons dit que sans doute nous n'étions pas les meilleurs parents. Il a répondu : surtout, ne changez rien. Et c'est forts de cette reconnaissance, de cet amour, que nous pouvons vous parler aujourd'hui.

Il ne faut pas se sentir gênés de sourire, de rire même à l'évocation du provocateur magnifique qu'était Samir. Même si parfois il était un peu plus tourmenté, sa vie a été pleine de gaîté, de jeux et de légèreté, tout autant que de gravité et de profondeur, et depuis jeudi dernier, je vous assure que les anecdotes ne manquent pas, qui nous font rire ensemble, et c'est bien comme ça. N'hésitez pas à venir nous raconter les votres.

29/10/09 1:00 PM  
Blogger Mari-elen diris ...

Suite ...

La séparation ne nous appauvrit pas. On dit « la perte », mais nous ne perdons rien. Nous portons en nous nos absents, forts des souvenirs, forts des certitudes qu'ils nous aident à construire. En cela, Samir s'est multiplié en chacun de nous. D'ailleurs regardez comme nous sommes nombreux. Lui qui aimait plaire, voilà déjà un bel hommage que vous lui rendez.

Nous sommes tous de la même espèce. Croyants ou non-croyants, libres-penseurs, ces différences sont infimes au regard de ce qui fait de nous une même humanité. C'est une vision que nous, la famille française de Samir, partageons avec sa famille marocaine. Il y a quelques années, avec le grand-père de Yacine et Samir, nous étions tombés d'accord sur un principe devenu depuis une devise personnelle, très forte : Al Ihtiram ma shi el khuaf. Le respect, ce n'est pas la peur. Nous sentions bien que Samir l'avait reprise à son compte, d'une manière réfléchie et résolue, et nous en sommes fiers.
Nous aurions préféré le voir plus rapidement mettre en pratique un autre principe qu'il connaissait déjà bien : que pour aller loin il faut ménager sa monture.

Maintenant, je voudrais m'adresser à ceux qui parlent d'injustice : dans cette mort, il n'y a pas de hasard, pas d'injustice. Il n'y a que des causes et des effets. On ne meurt pas par hasard à vingt ans, pas plus qu'à 80 ans. Au moment même de notre arrivée au monde, notre mort est au programme. S'il appartient aux parents de prendre soin de cet homme ou cette femme en puissance, il nous appartient ensuite de prendre soin de nous-même. Samir avait oublié, ces derniers mois, de faire attention à lui, tout occupé à vivre pleinement. En cela, au risque de paraître injuste avec lui, il avait tort, comme nous avons tous tort quand nous prenons des risques pour nos vies. Alors aujourd'hui, je voudrais vous dire, faites attention à vous. Etre négligent serait lui faire injure. Faisons ce qu'il n'a pas eu le temps de faire. Préparons des projets, construisons, plantons, aimons. Un vieux, c'est un jeune qui a bien pris soin de lui, et dont le coeur est celui de l'enfant qu'il est toujours.

A ceux qui se demandent s'ils ont fait ce qu'il fallait, s'ils n'ont pas manqué quelque chose, s'il n'est pas trop tard, à ceux qui se reprochent ce qu'ils ont fait ou n'ont pas fait, je veux dire que chacun dans la vie fait ce qu'il peut. Soyons sûrs, tous rassemblés par son entremise, que tout le monde a fait ce qu'il a pu pour rendre Samir heureux, et c'est tout ce qui compte.

Une pensée spéciale pour ses mamies. Mamie Fatima, assise sur un sidari, et qui pense de toutes ses forces à Samir qu'elle sait au paradis, au fond de son coeur. Mamie Nicole, qui depuis jeudi, mais depuis toujours en réalité, se dépense sans compter pour tous, sans penser à elle, comme Pascale, Tatie Kaloo. Et puis Lilian, qui a tant fait pour nous aussi.

29/10/09 1:01 PM  
Blogger Mari-elen diris ...

suite et fin.

Ces derniers jours, on nous a recommandé, avec beaucoup de sollicitude, de consentir à vivre malgré tout. Mais c'est bien ce que nous comptons faire. Pas par devoir, pas par soumission à un ordre naturel, pas par résignation. Nous ne serons pas résignés. Car on ne vit pas malgré les séparations : la vie n'est que séparations successives.

Il y a tant de choses à vivre, pas malgré le deuil, mais avec le deuil. Tant de choses à partager ensemble ! Tant de musique à jouer ! J'espère retrouver tres vite son classeur de guitare, pour jouer ces musiques à notre tour. Merci à celui ou celle qui l'a en sa garde, de nous le faire parvenir.

Le grand-père de Samir, Raymond Sautet, que beaucoup ont connu ici, disait : tu sais, il ne faut pas manquer les enterremments. Comme les mariages, ils permettent à la communauté de se rencontrer, de se souder, de pallier les négligences, de réparer des conflits et de renouer les liens défaits. Et Raymond disait : dans la vie, le chemin le plus court, c'est la ligne droite. Nous l'avons souvent répété à Samir, et nous savons qu'il l'avait entendu.

Une derniere image, pour parler de Samir : au printemps, alors que les jardins s'éclairent d'une lumiere plus chaude, les grues, remontant vers le nord en bon ordre, commencent à survoler nos champs et nos maisons. Parfois, l'une d'elle se laisse distancer, s'éloigne du groupe, tourne en rond pour s'orienter dit-on. Puis elle rejoint le rang, reprend sa place. Samir n'avait pas besoin de s'orienter. Au fond, il savait bien dans quelle direction aller pour mettre en pratique les principes qu'il avait faits siens, seulement il cherchait les vents ascendants, pour se donner de la force.

Aujourd'hui est une belle journée. Il n'y a pas que le soleil de ce matin, il y a la certitude que Samir a eu une belle vie. Vingt ans que nous le voyons grandir, se construire, chercher ce qui lui a terriblement manqué, construire parfois la toiture avant les murs. Le résultat était original et plein de surprises. C'est un beau cadeau que d'avoir eu Samir comme fils. Ne croyez pas la publicité, le bonheur n'est pas un dû, c'est un cadeau que tout le monde n'a pas la chance d'avoir reçu. C'est la cerise sur le gâteau. Pour nous, pour Samir, cueillons donc des cerises pour les mettre sur le gâteau, et construisons du bonheur.

Marie-Hélène

29/10/09 1:01 PM  
Blogger Razeno diris ...

Saluton el Nepalo. Mi gxoje legis vian blogajxon. Gratulon.
Bonvolu viziti al mia blogo: http://razeno.blogspot.com por koni min kaj Esperanto movado en Nepalo.

8/12/09 8:36 AM  

Enregistrer un commentaire

<< Home